« Sarah Dearly, 1, Mordue » de Michelle Rowen

Publié le par Reveline

9102 664533446 pages, Milady, août 2010

 

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

 

Présentation de l'éditeur

 

Dure semaine. Mon rendez-vous d'enfer venait vraiment de l'enfer et il m'a mordue ! Je suis devenue une vampire. Mais j'ai tout de même rencontré un homme ce soir-là. Il est sexy, il a six cents ans et il est suicidaire. Personne n'est parfait, pas vrai ? Nous avons passé un marché : il m'apprend les ficelles du monde des vampires et je l'aide à se tuer. Bon, c'est pas gagné avec un immortel, mais je sais que je peux le convaincre que la vie vaut la peine d'être vécue, avec moi de préférence ! Sauf que pas mal de gens veulent nous faire la peau, à commencer par ces chasseurs de vampires, ces crétins qui ne comprennent rien à rien. Enfin bon, si tout se passe comme prévu, j'aurai un cavalier au mariage de ma cousine !

 

Mon Avis

 

S'il est vrai que cette lecture ne casse pas trois dents à un vampire, elle n'en demeure pas moins assez divertissante grâce à son absence de prétentions.

Construit sur une intrigue à la Buffy contre les vampires mâtinée d'Entretien avec un vampire, la réussite du roman tient avant tout à la personnalité de l'héroïne.

Sarah Dearly est une fille pétillante et son humour acerbe instaure une  agréable connivence avec le lecteur auquel elle s'adresse et qu'elle fait souvent sourire. Les dialogues sont souvent amusants. Même si au final je suis déçue car je pensais ce livre plus drôle qu'il ne l'est.

 

Assister à la métamorphose progressive de Sarah est une bonne chose puisque cela permet de s'attacher tout doucettement au personnage. D'autant plus que notre jeune vampire ne se satisfait pas de sa nouvelle condition d'immortelle et pose un regard sarcastique sur tout ce qui l'entoure. Passant son temps à se plaindre, elle commet de plus gaffe sur gaffe par inexpérience.


Faire de Thierry, le vampire sexy et ténébreux, un vampire suicidaire est une très bonne idée. J'ai également apprécié le sort réservé à Quinn le chasseur de vampires ainsi que la possibilité de l'existence d'un remède contre le vampirisme qui est introduite dans l'histoire.


Le roman propose aussi une timide critique sociale plutôt bien vue des petites bourgades américaines figées dans l'ennui et la monotonie. Lorsque le paranormal s'installe dans un quotidien banal, cela n'est pas sans poser quelques problèmes.

 

En résumé, disons que le style clair et fluide de Michelle Rowen et  le pep's  qui se dégage du roman compense ses faiblesses scénaristiques et le manque d'envergure psychologique des protagonistes.

 

Extrait

 

 

guillemet

- Vous êtes une vampire?

- Oui

- Vous n'en avez pas l'air.

Je fronçais les sourcils.

- Et à quoi devrait ressembler un vampire, selon vous?

- Je ne sais pas. (Quinn se pencha en arrière sur son tabouret pour m'étudier de la tête aux pieds.) Plus équilibré, je crois. Entièrement vêtu de noir. Et avec des dents pointues... ne devriez-vous pas avoir des crocs?

Je changeai de position pour pouvoir croiser les jambes. C'est vrai qu'un pantalon de yoga rose et tee-shirt blanc imprimé du mot "DIVA" en lettre pailletées ne criaient pas vraiment "créature de la nuit". Je devais aller au centre commercial dès que possible pour me refaire une garde-robe.

- Le noir ne me va pas au teint : il me fait paraître bien trop pâle, expliquai-je. Et apparemment, les dents poussent avec le temps.

- Je vois.

Il sembla réfléchir à cela.

- Alors, vous me croyez?

- Oui, dit-il. (Il fourra la main dans sa poche pour en tirer un pieu en bois, qu'il posa devant lui sur le bar.) Je vous crois. guillemet2

 

L'auteure

 

Michelle Rowen est née à Toronto, Ontario. Quand elle était enfant, elle rêvait de devenir hôtesse de l'air, voleuse de bijoux et écrivaine. Un sur trois, ce n'est déjà pas si mal ! Elle avoue être bibliophile, posséder un chat maléfique appelé Nikita, être accro à la téléréalité et entretenir une relation malsaine avec tout ce qui touche à la série Buffy contre les vampires.

Publié dans Bit -Lit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article