« Les chiens de Riga » de Henning Mankell

Publié le par Reveline

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv52647759.jpgEditions Points
Publié en 2004 ~ Langue : Française ~ 321 pages
Temps de lecture : 3 jours

Février 1991.
Un canot pneumatique s'échoue sur une plage de Scanie. Il contient les corps de deux hommes exécutés d'une balle dans le cœur. L'origine du canot est vite établie : de fabrication yougoslave à l'usage des Soviétiques et de leurs pays satellites. Les corps sont identifiés des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia. Un policier de Riga est appelé en renfort à Ystad. Dès son retour en Lettonie, l'étrange major Liepa pour lequel l'inspecteur Wallander s'est pris d'amitié est assassiné.
Wallander part alors pour Riga. Là, privé de tous repères, il se trouve plongé dans un pays en plein bouleversement, où la démocratie n'est encore qu'un rêve, un monde glacé fait de surveillance policière, de menaces non voilées, de mensonges. Où se cache la vérité ? A force d'obstination l'inspecteur suédois, réduit à ses seules intuitions mais désireux que justice soit rendue, parviendra à faire la lumière.


Mon Avis la-complainte-09-copie-1


Ce deuxième tome est censé être le meilleur de toute la série des Wallander. S’il est indéniable qu’il est en tout cas meilleur que le premier tome « Meurtriers sans visage », il n’est toutefois pas une franche réussite et je n’accroche pas plus que ça aux romans de Mankell.

La faute à un rythme trop lent et un manque criant d’action dans les ¾ des romans.


Ici, les enjeux politique prennent le dessus sur une enquête assez banale mais baignant dans une ambiance paranoïaque plutôt sympathique. L’intrigue est solide, le style sobre. Le dépaysement que suscite la délocalisation de l’intrigue à Riga, la découverte du climat politique post chute du mur de Berlin, qui prend des allures de cours de géopolitique, et sa répercussion sur les Etats Baltes, notamment la Lettonie, , sont autant d’atouts de ce roman policier qui pêche avant tout par sa lenteur et sa trop grande simplicité. Le personnage de Wallander est fidèle à celui du premier tome, enrichi par de nouveaux problèmes personnels, approfondi par ses doutes et l’amorce d’un désenchantement envers son métier de policier.  

Bref, tout irait bien si l’on ne s’ennuyait pas autant.

Publié dans Thriller

Commenter cet article

dasola 24/08/2011 17:34



Bonjour, ce roman qui est un des premiers où apparait Wallander a pourtant été traduit et publié en français après bien d'autres. Moi aussi je me suis ennuyée et j'ai trouvé l'intrigue peu
intéressante. Heureusement que Mankell s'est amélioré depuis. Mes préférés restent La 5ème femme, Les morts de la Saint-Jean, Le guerrier solitaire. Bonne fin d'après-midi.



Reveline 25/08/2011 13:59



Ce que tu dis m'encourage à poursuivre la série, moi qui voulais abandonner