« Le festin de Babette : Et autres contes » de Karen Blixen

Publié le par Reveline

51O3A+kRR4L. SL500 AA300244 pages, Editions Gallimard, Folio (21 février 2008)

 

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

 

Présentation de l'éditeur

 

Babette est une Française devenue domestique en Norvège, après la Commune qui l'a contrainte à l'exil. Ses patronnes sont deux vieilles filles austères. Le jour où elle gagne dix mille francs or à une loterie, elle leur demande de la laisser préparer un dîner fin, dans la grande tradition française. Sa fortune y passe, mais une soirée aura effacé des années de carême.

 

Mon Avis 

  • Les cinq nouvelles de ce recueil ont pour point commun de rester à échelle humaine en s’intéressant de très prés à la psychologie de leurs personnages. Dans un style agréable et un rien contemplatif, ces nouvelles paraissent parfois tortueuses de par leurs multiples strates narratives et leurs intrigues en spirale.
  • Le pêcheur : Un conte philosophique et  théologique aux accents icariens n’ayant rien de transcendant si ce n’est ses différents niveaux narratifs et son humour discret.
  • Le Festin de Babette : Pierre de voûte du recueil, cette célèbre nouvelle adapté il y a deux décennies au cinéma, présente des personnages criant de vérité et célèbre l’épicurisme face à l’austérité, la fraternisation contre les sectarismes religieux et au-delà prône l’élévation de l’âme grâce à l’art culinaire dont Babette est le bon génie généreux, dispensant la chaleur humaine qui réchauffe les solitudes et rompt l’isolement. La plus belle nouvelle du recueil.
  • Tempêtes : Sur une trame théâtrale, cette nouvelle possède une intrigue en colimaçon, c’est-à-dire qu’elle s’élargit pour englober les existences d’autres personnages. On part d’une histoire de pygmalion et de jeune orpheline voulant devenir actrice, Malli, pour se retrouver dans un naufrage où Malli devient une héroïne malgré elle en sauvant un bateau et son équipage et aboutir à une histoire d’amour maudit. Comme dans « Le Festin de Babette », les protagonistes sont bien construits et d’une grande richesse émotionnelle. Cette réflexion sur la fiction, la réalité et la vie s’accompagne d’une interrogation sur le salut par l’amour, le tout sous le haut patronage shakespearien. Une très bonne histoire.
  • L’Eternelle Histoire : Cette nouvelle, mettant en scène une étrange relation entre un vieux nabab antipathique de Canton et son secrétaire juif, ayant quitté très jeune la Pologne, se penche sur le pouvoir démiurgique de la richesse, la matérialisation de la fiction dans la vie réelle. Long et bavard.
  • L’Anneau : Un petit conte bizarre et philosophique à la lisière du fantastique. La cruauté pastorale de l’irruption de la menace dans la vie d’un couple de jeunes mariés mièvres. Pas indispensable.
  • Au final seule la superbe nouvelle éponyme du recueil et le texte intitulé « Tempêtes » valent le détour. Le reste n’est qu’ennuyeux verbiage.

 

challengelitteratureaufeminin chez Anis (Litterama)



logochallengeLanouvelle7 chez Sabbio

Publié dans Nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sabbio 16/04/2011 06:24



J'avais beaucoup aimé le film tiré de Babette...



Reveline 16/04/2011 14:11



Oui, un film magnifique adapté d'une magnifique nouvelle



Lounapil 14/04/2011 18:13



Comme toi j'ai été séduite par la nouvelle Tempêtes.


Le festin de Babette m'a un peu déçue. En tout cas je salue ta critique, cleire et efficace!



Reveline 15/04/2011 13:37



Merci


"Tempêtes" est la deuxième meilleure nouvelle du recueil.


Merci de ton sympathique passage.



Anne 14/04/2011 14:57



Je ne l'ai pas dans ma PAL et tu ne me donnes pas vraiment envie de le noter sur ma LAL même si ces nouvelles semblent tortueuses et que j'aime ça. Du coup, je suis dans l'indécision !!



Reveline 14/04/2011 15:22



"Le Festin de Babette" mérite seule d'être lue, les autres nouvelles du recueil peuvent être passées.



Anis 13/04/2011 14:34



Oui, c'est vrai, c'est pour cela qu'il n'y avait que le festin de Babette dans le challenge. une très belle nouvelle. Il y a aussi je crois dans les autres nouvelles, l'austérité du ton,
l'émloignement de la culture dans l'espace et le temps qui n'arrage rien.



Reveline 13/04/2011 15:04



Oui, c'est parfaitement exact. Tu as su exprimer à merveille les raisons de mon ennui