Pevel, Pierre - Les Enchantements d'Ambremer, tome 2 : L'élixir d'oubli

Publié le par Reveline

51120NEGBYL

Pevel, Pierre - L'élixir d'oubli

Plaisir de lecture 51784111 p

 

En 1909, enquêtant sur le meurtre d'un antiquaire apparemment sans histoire, le mage Louis Denizart Hippolyte Griffont découvre que ce dernier pourrait bien avoir été la victime d'un ambitieux sorcier, Giacomo Nero. Ses investigations le ramènent à l'époque de la Régence jeune mage et gentilhomme libertin, il s'apprêtait alors à combattre une puissante société secrète, l'Éridan, en compagnie d'une nouvelle venue appelée à devenir son amie de cœur et complice, la déjà très mystérieuse et fantasque baronne Isabel de Saint-Gil. Les intrigues de l'Éridan et les menées de Nero seraient-elles liées, malgré le temps passé ? Griffont et Isabel, en s'opposant aux plans du sorcier en 1909, parachèveront une affaire qu'ils croyaient résolue depuis un siècle. Mais ce faisant, ils pourraient bien lever le voile sur un secret d'État susceptible de déclencher une nouvelle guerre, sur Terre comme dans l'Outre-Monde...

  • Broché: 381 pages
  • Editeur : Le Pré aux Clercs (3 juin 2004)
  • Collection : Fantasy
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2842282043
  • ISBN-13: 978-2842282042

Mon avis


Suite et fin du diptyque "Les enchantements d'Ambremer" de Pierre Pevel (auteur découvert et fortement apprécié par cette lecture), L'élixir d'oubli possède une intrigue bien mieux construite et plus complexe que le premier tome.
Pevel nous promène avec son brio coutumier entre 1710 et 1909. L'occasion de faire plus ample connaissance avec nos personnages fétiches et de suivre leur évolution (mouvementée) sur deux siècles.
Beaucoup de sous-intrigues se greffent ainsi à l"ossature principale du roman entre meurtres,  conspiration, trahison, chantage, mensonge et société secrète. Sans oublier la magie noire. On pourrait presque se plaindre d'une intrigue un peu trop élaborée qui multiplie les rebondissements. La lecture est difficile (j'ai du lire lentement, revenant parfois sur mes pas, afin de ne pas être trop perdue). Si j'avais dévoré le premier tome en un après-midi, cette lecture ci m'a pris cinq jours !
La faute aussi aux nombreux nouveaux personnages qui émaillent le récit  et perturbe quelque peu notre compréhension.
Si nous retrouvons avec plaisir : Griffont, Isabel/Aurélia et ses acolytes, Azincourt (un peu trop discret dans ce tome), Falissière, l'inspecteur Farroux ... D'autres personnages font leur apparition : Raynaud, Cartouche, Le lys pourpre, Merlin, Arsène Lupin, Méliés, Varon, Marcangelo ...
Nous rencontrons de nouvelles créatures issues du royaume d'Ambremer : dragons, minimets, ogres, crapulards ... ce qui apporte du sang neuf à l'univers de Pierre Pevel.
Le tome 2 est également plus rythmé, contient beaucoup d'action, de combats et de suspense. Beaucoup plus de magie aussi (ce qui m'avait manqué dans le tome 1).
L'auteur a une idée formidable : nous faire voyager dans le temps. Il nous emmène à la découverte du passé des protagonistes principaux et assister à des événements historiques du passé qui enrichissent l'intrigue qui occupe le roman. Ces retours dans le passé nous réserve des moments délicieux entre Griffont et Aurélia (nous assistons notamment à leur explosive rencontre). Le tout dans une ambiance de cape et épée qui ne manque pas de panache sur fond de complot  politique et de magie noire.
Même si il faut avouer qu'on se perd un peu dans ces incessants allers-retours entre présent et passé.
La fin est particulièrement prenante, mieux réussie que la conclusion du tome 1 qui semblait bâclée.
Les joutes verbales Griffont/Aurélia sont toujours aussi piquantes et touchantes car leur amour est bien plus palpable dans cette suite.
Le style de Pevel est toujours aussi efficace et agréable.
Globalement j'ai beaucoup plus apprécié L'élixir d'oubli que Les enchantements d'Ambremer malgré ces quelques difficultés de lecture dues au merveilleux foisonnement du roman.
Bref, un très bon roman entre fantasy et polar historique.


Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article