« Percy Jackson, 3, Le sort du titan » de Rick Riordan

Publié le par Reveline

http://www.lescontinesdeline.com/images/9782226183316.jpg

Editions Albin Michel (Wiz)
Publié en 2008 ~  356 pages
Temps de lecture : 2 jours

Quatrième de couv

 

Les monstres sont toujours décidés à tuer les demi-dieux.
Percy et ses amis Annabeth, Grover et Thalia se retrouvent face à un horrible manticore. Ils n’ont la vie sauve que grâce à l’intervention de la déesse Artémis et de ses Chasseresses. Mais lorsque Annabeth puis Artémis disparaissent, une nouvelle quête semée d’embûches s’annonce : Percy devra plus que jamais se méfier des manipulations et des pièges de Cronos, le Seigneur des Titans.

 

Mon Avis 51784111 p

 

Bizarrement, j’ai eu un peu plus de mal que d’habitude à rentrer dans les premières pages. Peut-être parce que le lecteur est plongé immédiatement dans l’intrigue sans explications ou peut-être est-ce à cause du personnage de Thalia, qui m’a passablement énervé dans ce tome ? La désorientation ne dure pas longtemps et passées les trente premières pages et Artémis entrée en scène avec ses chasseresses, tout s’accélère et on retrouve l’univers créé par Rick Riordan avec un plaisir incommensurable.


Riordan ne lasse ni ne déçoit. Il réarrange toujours aussi délicieusement les grands épisodes de la mythologie grecque avec un enthousiasme et une malice communicatifs. Il s’amuse et nous amuse par la même occasion tout en insufflant une bonne dose de noirceur en multipliant les morts tragiques. Oui, pas de doute, l’étau des Titans se resserre autour des demi-dieux et l’atmosphère de la série s’assombrit considérablement en perdant beaucoup de son côté jeunesse.

 

Si l’odyssée d’Ulysse était au centre du tome précédent, cette fois c’est au tour des douze travaux d’Hercule d’être mis à l’honneur. Sans oublier l’évocation subtile des premiers émois adolescents illustrée par l’évolution de la relation entre Percy et Annabeth. C’est mignon comme tout à l’image de Bessie, la nouvelle copine de Percy.


Les titres des chapitres sont toujours mystérieusement hilarants. Percy est toujours aussi drôle et attachant à l’instar de Grover et même Annabeth m’a paru moins gonflante que d’ordinaire (faut dire qu’on la voit pas beaucoup et que Thalia remporte la palme des soûlantes).

                                              

De nouveaux personnages intéressants sont introduits dans l’histoire : Bianca, Nico, Zoé, Artémis, ses chasseresses & Apollon (même si certains ne font que passer). D’ailleurs, en parlant d’Apollon, j’espère vraiment que nous le reverrons dans les prochains tomes car j’ai adoré le personnage qui est à mourir de rire. Certains personnages déjà connus du lecteur révèlent des facettes inattendues à l’image de Dionysos tandis que de nouvelles créatures pas toujours commodes font leur apparition sous la férule d’un nouvel ennemi : le général, bras droit de Chronos.

 

En ce qui concerne les dieux Olympiens, ils sont toujours aussi ambivalents, ni bons ni méchants au final. Ce sont des dieux quoi ! toujours aussi circonspects également quant à l’avenir de Percy dont ils se débarrasserait bien au nom de la vieille prophétie.


Le style d’écriture de Riordan est vraiment agréable et fluide et j’adore la tonalité humoristique qu’il donne à chaque page ou presque. J’ai beaucoup ri en lisant ce troisième tome de la saga.


Pas de doute nous avons là affaire à un très bon nouvel épisode, rythmé et semé d’humour et de rebondissements, d’une saga toujours aussi fun et divertissante qui comporte de nombreux morceaux de bravoure et bon nombre de dialogues enlevés.

 

Les tomes précédents :

 

Riordan, Rick - Percy Jackson, Tome 1 : Le voleur de foudre

Riordan, Rick - Percy Jackson, Tome 2 : La Mer des Monstres

 


 

challenges Magie & Sorcellerie

Publié dans Roman Jeunesse

Commenter cet article

Evy 14/08/2011 10:40



C'est probablement mon tome préféré ! (Avec le dernier !). J'espère que la suite te plaira tout autant !



Reveline 14/08/2011 14:27



Je l'espère aussi ! Mais je suis triste à l'idée qu'il ne m'en reste plus que deux à lire