« Meurtriers sans visage » de Henning Mankell

Publié le par Reveline

couv75993509.jpg385 pages, Editions Points (Policier) (2004).

 

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

 

Quatrième de couv'

 

En pleine campagne, près de la petite ville d'Ystad, au sud de la Suède, un fermier découvre le corps sans vie de son voisin, atrocement massacré. La femme du malheureux ne vaut guère mieux : étranglée par un curieux nœud coulant, elle n'aura que le temps de murmurer "étrangers", avant de décéder à son tour à l'hôpital. Qui peut bien avoir commis pareille horreur et dans quel but ? Et pourquoi le ou les assassins ont-ils nourri la jument du vieux couple ? L'inspecteur de police Kurt Wallander se serait bien passé de cette enquête alors qu'il regrette le départ de sa femme, que sa fille refuse de le voir et que son père l'inquiète. Évidemment, les médias n'arrangent pas les choses. Mais faut-il vraiment suivre la piste des étrangers ? De nouvelles révélations faites par le frère de la vieille dame assassinée vont orienter et compliquer la tâche de la petite équipe de Wallander.

 

Mon Avis

 

Ambiance pesante et réflexion sociale sans manichéisme sont au menu de ce polar à l’écriture simple voire austère qui fait ici figure d’ancêtre de Millenium.

 

Des longueurs gênantes, un flic stéréotypé (Wallander est divorcé, alcoolique, désabusé et souffre d’embonpoint) et des personnages secondaires si insignifiants qu’ils pourraient presque être interchangeable, gâchent l’atmosphère réussie du livre, celle de l’immédiat après-guerre froide (nous sommes en 1990, le mur vient juste de tomber).


L’absence d’esbroufe à l’américaine ou d’effets de manche spectaculaires ne portent nullement préjudice à un thriller qui, au contraire, souhaite rester à hauteur d’homme en s’intéressant davantage aux individus qu’aux faits parfois.


L’enquête progresse par petits bonds en multipliant les culs de sac et les fausses pistes jusqu’à une fin un peu saugrenue à laquelle on ne croit guêre.


Cette première aventure du célèbre Wallander séduit donc plus par son atmosphère et sa peinture sociale critique d’une Suède confrontée à des problèmes de xénophobie que par son intrigue qui s’essouffle dés le milieu du bouquin.  


Un amuse-bouche sympathique qui malgré ses faiblesses donne envie d’en goûter plus.

 

L'auteur

 

Henning Mankell est un auteur suédois né le 3 février 1948 à Härjedalen, au centre de la Suède. Très vite abandonné par sa mère, il est élevé par son père, juge d'instance. Il est le gendre d'Ingmar Bergman dont il a épousé en secondes noces la fille Eva. Il partage sa vie entre la Suède et le Mozambique où il a monté une troupe de théâtre, le « Teatro Avenida ».

Il est connu internationalement grâce à la série policière des enquêtes de Kurt Wallander. Ce commissaire désabusé est entouré par une équipe de policiers où chacun possède une personnalité soigneusement décrite. Les meurtres sanglants auxquels Wallander est confronté le plongent au fil des romans dans un état de plus en plus dépressif ; l'aspect psychologique est aussi important pour Mankell que l'intrigue elle-même. Toutes ces aventures se déroulent dans la petite ville d'Ystad, en Scanie, dans le sud de la Suède, même si Wallander se déplace une fois en Lettonie (Les Chiens de Riga) et enquête sur un meurtre dont les origines remontent en Afrique du Sud (La Lionne blanche); le sol du proche Danemark est souvent foulé.

Son œuvre policière est généralement considérée comme une continuité de la saga de Martin Beck écrite entre 1965 et 1975 par le couple Maj Sjöwall et Per Wahlöö.

Il a reçu le Prix Nils Holgersson en 1991.

fond-noir-rouge-de-rose-thumb1880599Ce roman s'inscrit dans le cadre de mon challenge "Noir & Sang" = 2/10

Publié dans Thriller

Commenter cet article

Anne 19/04/2011 18:50



Sympa ton kiné !! Je n'ai pas de kiné mais un ostéopathe par contre il n'a pas l'air branché littérature...



Reveline 20/04/2011 13:19



Dommage ! Mon kiné est trés branché bouquins, j'ai de la chance



Anne 19/04/2011 18:43



J'ai noté pour le titre du deuxième opus ; je vais donc suivre tes pérégrinations au pays de Mankell.



Reveline 19/04/2011 18:46



OUAIS C'est mon kiné qui me les a conseillé en plus



Anne 19/04/2011 18:33



Je n'ai pas lu celui-ci d'Henning Mankell mais "La lionne blanche" que j'ai adoré. D'ailleurs, dernièrement, je me suis achetée "Les chaussures italiennes" mais je crois que j'ai envie de me
faire la série dans l'ordre soit celui que tu viens de lire en premier et après j'irais voir quels sont les suivants dans l'ordre.


Quand je pense que je n'ai encore rien lu pour le challenge "Noir et Sang", c'est vraiment la "cata" mais bon si je ne m'étais pas inscrite à tant de challenges, je ne serais pas dans la
m....Cela me servira peut-être de leçon ?!



Reveline 19/04/2011 18:40



Ah c'est si bon de faire ce genre de folie challengesque !


Moi j'ai la folie des lectures communes : je m'inscris, je m'inscris et aprés je panique en voyant les dates :


Le second c'est "Les chiens de Riga" que je lirai bientôt.