Lewis, Roy - Pourquoi j'ai mangé mon père

Publié le par Reveline

Lu dans le cadre du Challenge " God save the livres" organisé par Antoni Challenge-anglais

 

511DZGBGKXL. SL500 AA300Lewis, Roy - Pourquoi j'ai mangé mon père

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

Pages 182

Editeur Pocket

Parution février 2000

Quatrième de couverture:

 

" Ta saloperie de feu va vous éteindre tous, toi et ton espèce, et en un rien de temps, crois-moi ! Yah ! Je remonte sur mon arbre, cette fois tu as passé les bornes, Edouard, et rappelle-toi, le brontosaure aussi avait passé les bornes, où est-il à présent ? Back to the trees ! clama-t-il en cri de ralliement. Retour aux arbres ! ".

 

Mon Avis

 

L'évolution de l'homme-singe (à peine descendu de son arbre) envisagée sous la forme d'une sitcom humoristique c'est ce que nous propose Roy Lewis. Nous assistons à la vie quotidienne d'une famille de singes préhistoriques, obligée, pour survivre, de s'adapter en domestiquant le feu et en modernisant les techniques de chasse afin de passer d'un régime herbivore à un régime omnivore (ce qui comme nous le raconte malicieusement Ernest, le narrateur, n'est pas sans engendrer quelques soucis intestinaux gênants !).

Alors qu'Edouard, le chef de famille tend au progrès, élaborant sans cesse de nouvelles théories sur tout et n'importe quoi afin de continuer encore à évoluer et conquérir le monde pendant que les femmes s'épouillent et que les rejetons taillent des silex, l'oncle Vania (le personnage le plus drôle du livre) est réfractaire au progrès, adore parler anglais et ne descend de ses branches que pour critiquer son frère tout en dévorant ses produits de la chasse et en se réchauffant au feu pourtant abhorré. Hypocrisie bien humaine ! Ignorant le grincheux Edouard  a compris comment maîtriser le feu et ce faisant a sauvé sa horde de la famine et des attaques de fauves en délogeant les ours d'une spacieuse grotte fort bien aménagée grâce à des brandons enflammés .

Leurs préoccupations sont certes éloignées des nôtres mais l'humour (très anglais) s'appuie sur un anachronisme constant qu'il s"agisse du langage châtié utilisé par les singes ou des références culturelles ou des concepts humains inhérents à notre société modernes. L'auteur s'amusant à les confronter à des situations actuelles comme la crise du logement. Les femelles sont des "desesperates housewifes" avant l'heure ne rêvant que de possessions matérielles.Assis autour du feu en nettoyant des carcasses, Edouard et Vania se livrent à des discussions philosophiques dignes du siècle des Lumières sur l'état de nature et les dangers de l'évolution. Il est vraiment cocasse d'assister "en direct" à l'élaboration  des concepts moraux par exemple l'exogamie, sociologiques, idéologiques, politiques et même culinaires ! Sans oublier les joyeux détournements des grands principes scientifiques Darwiniens en autres.

Amusant et décalé mais pas drolatique non plus, cette galéjade préhistorique, au dénouement d'une cruauté absolue, met le sourire aux lèvres et se lit rapidement grâce à son style fluide et son absence de prétentions.

 

L'auteur

 

Né en 1919, Roy Lewis a grandi a Birmingham, et poursuivi ses études à Oxford avant d’intégrer la London School of Economies. En 1938, il part sillonner l’hémisphère Sud, avec sa jeune épouse. Après un long séjour en Australie, il rentre en Angleterre en 1946 et entreprend alors la rédaction d’ouvrages socio-économiques. Rapidement, il est engagé comme correspondant à Washington pour The Economist, avant de rejoindre le Times en 1961, où il reste jusqu’à sa retraite en 1971. Journaliste et sociologue, Roy Lewis, pour être venu tard à la littérature, n’en a pas moins fait une entrée remarquée avec Pourquoi j’ai mangé mon père. Il est également l’auteur de Mr Gladstone et la demi-mon- daine, et La véritable histoire du dernier roi socialiste. Roy Lewis est décédé en 1996.

Publié dans Comédie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne 07/02/2011 14:24



Il y a (très ?) longtemps que je connais ce livre ! Jubilatoire !



ANTONI 07/02/2011 12:15



Histoire efficace à l'image de sa couverture : je ne fais que la remarquer sur les étals des librairies !!!


Je ne connaissais pas l'auteur et savais encore moins qu'il était décédé depuis 15 ans.


Je le rajoute à mon récap'. Merci Reveline et bonnes lectures...



Anne 06/02/2011 14:55



Il ne me tente pas trop ; je suis peut-être dans l'erreur ?!



Reveline 06/02/2011 15:05



Disons que c'est divertissant et plutôt bien fait, après ce n'est pas un roman inoubliable ou indispensable. Il traînait depuis un bail dans ma PAL, le challenge d'Antoni m'a motivée pour le lire
et je ne le regrette pas, c'était amusant.