Leroy, Gilles - Alabama song

Publié le par Reveline

41zg3tssK3L._SL500_AA300_.jpg

Challenge "Petit Bac"

Catégorie Lieu

 60436649 p

 

Leroy, Gilles - Alabama song

Plaisir de lecture ico coeur

Pages 218

Editeur Gallimard

Collection Folio

Parution février 2009

Prix Goncourt 2007

Résumé

 

Montgomery, Alabama, 1918. Quand Zelda, 'Belle du Sud', rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald, sa vie prend un tournant décisif. Lui s'est juré de devenir écrivain : le succès retentissant de son premier roman lui donne raison. Le couple devient la coqueluche du tout New York. Mais Scott et Zelda ne sont encore que des enfants : propulsés dans le feu de la vie mondaine, ils ne tardent pas à se brûler les ailes... Gilles Leroy s'est glissé dans la peau de Zelda, au plus près de ses joies et de ses peines. Pour peindre le destin de celle qui, cannibalisée par son mari écrivain, dut lutter corps et âme pour exister...

 

Mon Avis

 

Je ne savais pas à quoi m'attendre en lisant ce livre, ne sachant absolument pas de quoi il parlait. J'ai compris au bout de quelques pages qu'il allait être question de Scott Fitzgerald et de Zelda son épouse.

Cette chanson du sud que le titre nous promet, nous l'entendons à chaque page grâce à la magnifique écriture de Gilles Leroy. Sensuelle et poétique, entre réalité et fiction, vulgarité et émotion, celle-ci nous livre la moiteur, les odeurs du sud profond des États-Unis. Grammaire de chair où la sueur des corps et les souffrances de l'âme sont la seule ponctuation.

Autobiographie inventée, portrait de femme libre, libérée et passionnée, le roman est un roman d'atmosphère plus qu'un roman d'amour. Gilles Leroy remet superbement en lumière celle qui fut la muse incomprise de son écrivain de mari, l'inspiratrice de toutes les héroïnes des oeuvres de Fitzgerald, qui du se contenter de vivre dans l'ombre de ce dernier en abdiquant son propre talent.

L'impétuosité, la flamboyance et la "folie" grandissante de cette femme qui ne connaîtra le bonheur qu'un mois de sa vie dans les bras d'un aviateur français qu'elle aime éperdument, cannibalisent peu à peu les pages de ce livre somptueux. Et si cette "folie" dont on l'accuse et qui la fera déambuler d'asiles en hôpitaux psychiatriques pendant la majeure partie de sa vie, n'était que le besoin de s'exprimer qu'on lui refuse, par l'écriture qu'on lui interdit, la danse que son corps l'oblige à abandonner, et enfin par la peinture ? Et si tout cela ne cachait  en réalité que la difficulté d'être femme et de s'accomplir en tant que telle dans un monde d'hommes ?

Les admirateurs du grand écrivain américain découvrirons un homme terrible: Fitzgerald plagiera les écrits de sa femme, lui volera sa vie en lisant ses journaux intimes pour en nourrir ses livres, l'éloignera de leur fille et la fera interner pendant des années.

Quelle intensité dans ce roman ! Et qu'importe que l'auteur ait inventé la moitie de l'histoire de Zelda, qu'importe que la frontière entre la réalité et la fiction soit si mince ! Ce roman m'a touchée comme rarement, la vie de Zelda, petite fille gâtée devenant une femme brisée à cause du harcèlement moral de son odieux époux, m'a profondément émue. Zelda assiste, impuissante, à sa propre déchéance, mais aussi à celle de son mari, entraîné dans la spirale du succès et de l'alcool, et au déclin de leur couple. Couple emblématique des années 20. Les fréquents sauts d'époques, on passe allégrement de 1918 à 1940 en passant par les années folles, les années 30 pour finalement parvenir en 1948, peuvent désarçonner le lecteur mais ne gênent en rien la lecture. Au contraire, cette chronologie éclatée permet de mieux prendre conscience de la douleur, du mal-être de cette femme, d'abord conquérante puis poupée brisée par l'égotisme de son célèbre mari.

Un roman magnifique et un coup de coeur pour moi.

 

Extrait

 

guillemetLes chevaux s’échappent. Petit galop d’abord, l’aviateur tient encore mon regard dans le sien et je souris à ses dents parfaites, presque inquiétantes sous la lune, nos chevaux jouent le jeu, il et elle s’épousent, nos chevaux à frôler leurs lèvres échangent leur écume, puis sa jument secoue la tête, elle ralentit, encense, l’air de rire, insolente, elle brandit ses naseaux au ciel, le ciel est noir d’étoiles, si placide, si tranquille toile, puis, aussi soudainement qu’elle s’était refrénée, la jument s’emballe et file au grand galop vers l’horizon de la nuit. À croire que cette plage n’a pas de fin : elle court autour du monde dans un temps arrêté, c’est un tropique, un équateur, la jument emporte l’aviateur, qui sait : peut-être a-t-elle sorti ses ailes, et sur ses ailes déployées elle m’enlève mon amant, elle me le vole, ils volent, ayant outrepassé les lois de la gravité et les strictes conditions d’une vie animale, sur une orbite perpétuelle.guillemet2

 

L'auteur

 

Après un parcours classique de littérature qui l'amène sur les bancs d'hypokhâgne et khâgne au lycée Lakanal, Gilles Leroy passe une DEUG de lettres et arts en 1977, suivi d'une licence puis d'une maîtrise de lettres modernes en 1979. Il achève son cursus universitaire par un mémoire sur le poète Henri Michaux. Il exerce ensuite divers métiers, avant de devenir journaliste de presse écrite et audiovisuelle durant quelques années. En 1996, il quitte Paris pour vivre à la campagne, dans le Perche, où il se consacre à l'écriture. Il profite de son temps libre pour voyager, étudier seul les littératures américaine et japonaise et s'adonner à tout ce qui le passionne. Gilles Leroy publie son premier roman, 'Habibi', en 1987. Ce dernier sera suivi par une dizaine d'autres, dont 'L' Amant russe' en 2002, 'Grandir' en 2004, 'Champsecret' en 2005 ou encore 'Alabama Song' en 2007. Gilles Leroy a su imposer à travers quelques ouvrages sa plume légère et sensible.

Publié dans Romans Français

Commenter cet article

Anne 08/02/2011 10:48



Je l'ai dans ma PAL et ton superbe article me donnerait presqu'envie de l'en sortir si je n'avais pas d'autres lectures en cours. J'avais acheté ce roman pour l'auteur dans un premier temps car
je l'avais beaucoup apprécié suite à une interview et aussi pour son prix Goncourt. Je n'avais même pas regardé de quoi il était question et maintenant que j'ai lu ton article, le sujet
m'intéresse beaucoup.



Anne 07/02/2011 14:21



Ton billet donne très très envie de lire ce livre ! S'il croise ma route, je m'arrêterai !



Reveline 07/02/2011 14:38



Ce roman est loin de faire l'unanimité, certains lui reprochant son côté extrême et quelques passages très crus mais pour ma part  je l'ai adoré et le relirai sûrement plus d'une fois. Un
bon prix Goncourt. Je te souhaite de vibrer comme moi à sa lecture, certes difficile, mais magnifique car sublimée par la plume de l'auteur.