« Hunger Games, 1 » de Suzanne Collins

Publié le par Reveline

couv24868859.jpgEditions Pocket (Jeunesse)
Publié en 2009 ~ 399 pages
Quatrième de couv'
Peeta et Katniss sont tirés au sort pour participer aux Jeux de la Faim. La règle est simple : 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ? Dans chaque district de Panem une société reconstruite sur les ruines des États-Unis deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an. Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé... Alors que les candidats tombent comme des mouches, que les alliances se font et se défont, Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l antenne. La jeune fille avoue elle-aussi son amour. Calcul ? Idylle qui se conclura par la mort d un des amants ? Un suicide ? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim...
Mon Avis ico coeur

Hunger Games est un roman prenant et efficacement  écrit  dont la lecture m’a été extrêmement agréable. Difficile de décrocher, les pages se tournent à une allure folle. Les bonnes idées et les détails judicieusement mis en scène abondent.


Le Je utilisé tout au long du roman facilite l’identification avec Katniss, d’autant qu’elle est une héroïne attachante et forte. L’amour qu’elle ressent pour Prim, sa petite sœur, est très touchant, de même que son amitié avec la bouleversante Rue. On vit tout à travers elle, le manque de son père, ses problèmes relationnels avec sa mère, la violence, la peur, le doute, la douleur, et tous les sentiments qu’elle ressent au cours de ces Hunger Games. Sans compter que le ton de Suzanne Collins opte d’emblée pour l’ultra-réalisme. Sueur, sang, larmes, rien n’est édulcoré dans cette histoire et c’est ce qui lui donne aussi sa force et sa puissance d’évocation.

 

Les protagonistes principaux du roman nous sont présentés succinctement mais de façon rigoureuse. Chaque personnage a ses caractéristiques propres et bien qu’au final nous en apprenions peu sur eux au cours de ce premier tome, ils ne nous laissent pas indifférents. Gale, est un personnage qu’on a envie de suivre et de découvrir davantage. Dés le début, on se surprend à espérer une jolie idylle avec Katniss. Prim et Rue nous font craquer, Peeta nous surprend sans que l’on sache quoi penser de lui au bout du compte. Les personnages secondaires sont bien construits également même si l’intérêt se focalise essentiellement sur Katniss et Peeta et que nous ne savons pas grand-chose sur les autres concurrents des Hunger Games ou les membres des équipes de préparation qui entourent les candidats. Même la mère de Katniss et Prim est rapidement esquissée par Suzanne Collins qui complétera peut-être le personnage dans les tomes suivants ?


L’idée de cette société totalitaire régie par le Capitole, où les classes sociales se sont encore davantage creusées, et où les gens meurent de faim, est à la fois effrayante et atrocement crédible. J’ai aimé que l’auteure prenne son temps pour en poser les bases avant de nous faire pénétrer dans l’action en elle-même. L’univers du roman est vraiment bien développé et anxiogène. Qui n’a pas songé un jour à ce que nos sociétés civilisées pourraient devenir au lendemain d’une catastrophe naturelle ou autre ? A la fois médiéval et futuriste, le cadre de l’histoire est très bien conçu et n’est pas sans rappeler les jeux romains à l’époque des empereurs. D’ailleurs, l’idée d’une arène où s’affrontent les concurrents est reprise. Les jeux de la faim et leurs règles impitoyables dérangent autant qu’elles fascinent. Métaphore ultime de la téléréalité de même que 1984 d’Orwell ou du Running Man de Bachman.


Les relations humaines sont complexes dans Hunger Games, perverties par le besoin que l’on a des uns des autres et surtout par la méfiance que l’on se doit d’éprouver pour rester en vie. La relation entre Katniss et Peeta en témoigne. Il faut sans cesse être sur ses gardes et les relations humaines s’en ressentent.

 

Ma seule petite déception concerne le dénouement par trop prévisible du roman mais par bonheur cela ne gâte en rien le plaisir global de cette lecture d’une intensité remarquable.


Un roman de science-fiction très réussi !

 


challenge-100-ans

Publié dans Science-Fiction

Commenter cet article

Anis 13/08/2011 15:29



C'est assez atroce tout de même, pour les amateurs de sensations fortes.



Reveline 13/08/2011 15:44



C'est sur, on se croirait dans "On achève bien les chevaux" version jeunesse.



Cajou 12/08/2011 16:48



Vile tentatrice !! J'ai cédé... je viens de commander les 3 tomes sur Amazon, qui arriveront la semaine prochaine...


Je suis trop faible... mais ton billet enthousiaste a été la goutte d'eau après toutes les autres chroniques hyper positives lues partout !



Reveline 13/08/2011 15:45



Oups ! J'attaque bientôt le tome 2



Galleane 12/08/2011 12:55



Ton avis parle parfaitement du livre. Des personnages auquels on s'attache de la maitrise du récit qui nous ne le fait lâcher que difficilement. En résumé une lecture génial.



Reveline 13/08/2011 15:43



Merci Galleane J'ai vraiment adoré.