[LC] « Ca, T2 » de Stephen King

Publié le par Reveline

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv73750274.jpgEditions J'ai Lu
Publié en 1993 ~ Langue : Française ~ 510 pages
Traduit par William Desmond
Quatrième de couverture
De retour, après vingt-sept années, dans leur petite ville de Derry, les membres du « Club des ratés » (ainsi se nommaient-ils eux-mêmes sur les bancs de l'école) doivent affronter leurs plus terrifiants souvenirs, brutalement ressurgis.
Ça : nul ne sait nommer autrement la chose inconnue qui semble devoir se réveiller cycliquement dans les entrailles de la ville, pour semer la mort et l'épouvante.
Mon Avis 51784111 p

Le premier tome lu dans le cadre d’une précédente LC m’avait assez déçue de par sa platitude. Aussi attendais-je que le second tome me procure davantage de plaisir de lecture. Fut-ce le cas ?


Plus généreux en épouvante, ce tome ne m’a pourtant guère procuré de frissons. Peut-être suis-je blasée ? Je ne sais pas si cela vient de moi ou du roman.

De nombreuses longueurs, d’incessants retours dans le passé et bavardages « pudding » un peu l’intrigue, par ailleurs un peu plus rythmée que celle du premier tome. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai préféré ce tome-ci au premier.

Le canevas m’a fait l’effet de ressembler à un peu trop à « Shining » du même auteur. Ici, ce n’est pas un hôtel rempli d’ondes maléfiques mais une petite ville américaine qui est à l’origine des horreurs commises. Le clown semble n’être que l’incarnation, voire l’extoriation, du mal qui réside en chacun de nous. Un peu comme avec l’œuf et la poule, qui a apporté le mal à Derry ? ses habitants ou le clown ? (ou ce qui se cache en dessous) arrivé bien avant que Derry devienne Derry et dont nous assistons à la terrifiante genèse.


Stephen King brasse ici plusieurs thèmes, racisme, intolérance religieuse, homophobie, prohibition, avec le style cru et vigoureux qu’on lui connait, mais il reste avant tout un observateur privilégié de l’enfance dont il est l’un des auteurs « pop » américains sachant le mieux l'analyser et en parler. L’étude  de la psychologie névrotique, des personnages devenus adultes, traumatisés par leur enfance, est également assez finement poussée et restituée par Stephen King.

 

L'atmosphère implacablement étrange et choquante qui émane du roman, cette horreur latente qui s'infiltre dans le quotidien, prennent davantage à la gorge que dans le précédent tome.

 

Du mieux donc dans ce deuxième tome avec notamment plus de scènes horrifiques et d’action. Le tome 3 s’annonce encore un cran au-dessus (l’épilogue comportera cette fameuse confrontation finale tant attendue qui s'annonce d'ores et déjà fascinante tout autant que tragique).

 

Les avis de mes camarades :

 


Publié dans Horreur

Commenter cet article