« La Princesse des glaces, Saga Erica Falck et Patrik Hedstrôm (n°1) » de Camilla Läckberg

Publié le par Reveline

couv13199727381 pages, Editions Actes Sud (Actes Noirs) (2008)

 

Plaisir de lecturela-complainte-09-copie-1

 

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.

A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide.

 

Mon Avis

 

Le prologue ferre le lecteur avec efficacité mais la mise en place laborieuse qui s’ensuit contribue au fait que l’histoire ne devient intéressante qu'au bout de cinquante pages.


L’ambiance d’une petite ville portuaire à la luminosité restreinte (le soleil se couche à 15h !), où tout le monde connait tout le monde et parle sur tout le monde, est trés bien restituée.


Et si j’ai aimé la dualité femme au foyer ordinaire avec quelques kilos en trop, membre de Weight Watcher/Écrivain de l’héroïne Erica, je trouve que sa vie sentimentale empiète bien trop sur l’enquête au détriment de l’intrigue.


Du reste, l’écriture est plate, le thriller manque de souffle et de noirceur, on dirait « Bridget Jones mène l’enquête au pays des fjords » !

 

Les personnages sont stéréotypés et manquent d’épaisseur. Malgré tout, Erica est attachante, Patrik, l’amoureux transi et maladroit reste touchant et j’ai apprécié le personnage de Bertil Mellberg, commissaire crétin et imbu de lui-même qui apporte une bonne dose d’humour.


L’intrigue met à l’honneur les petits secrets de famille de tout petit village qui se respecte en dosant assez habilement les révélations au fil des pages.

Le gros truc qui cloche, c’est le manque de suspense. L’intrigue est en effet on ne peut plus prévisible. Au point que j’avais toujours deux longueurs d’avance sur les enquêteurs. J’avais deviné le meurtrier et son mobile bien avant Erica et Patrik. Au temps pour les surprises et les coups de théâtre !


C’est un peu du « Millénium » mais en beaucoup moins bien.

 

Malgré que je sois déçue au vu du battage médiatique fait autour de Camilla Läckberg depuis plusieurs mois, je serai indulgente, je n’oublie pas que c’est le premier tome d’une série et qu'il faut installer les choses et puis, bon, cela reste sympa à lire quand même.

 

Citation qui plante le décor :


« Le vent avait forci et malgré ses épais vêtements, le froid commençait à percer. Erica sentit qu’il fallait qu’elle bouge. Elle jeta un dernier regard à Fjällbacka, niché bien à l’abri au pied de la montagne. En été, le village était nimbé d’une lumière dorée alors qu’à présent il était gris et nu, mais Erica le trouvait plus beau ainsi. En été, elle l’associait à une fourmilière à l’activité incessante. Maintenant, une tranquillité paisible planait sur le petit bourg et elle pouvait presque imaginer qu’il dormait. En même temps, elle savait que c’était une tranquillité trompeuse. Ici comme partout ailleurs, les facettes malveillantes des hommes étaient à l’affût soula surface. Elle en avait vu pas mal à Stockholm, mais Erica se disait qu’ici cela devenait peut-être plus dangereux. La haine, la jalousie, l’avidité et la vengeance, tout était enfoui sous un seul grand couvercle produit par le « qu’en-dira-t-on ? ». Toute la vilenie, la petitesse et la méchanceté fermentaient en toute quiétude sous une façade qui se devait d’être toujours impeccable. Là, sur les rochers de Badholmen, en train de regarder le petit bourg couvert de neige, Erica se demanda quels secrets y couvaient.

Elle frissonna, plongea les mains profondément dans ses poches et se dirigea vers le centre ».

Publié dans Thriller

Commenter cet article

Anis 16/04/2011 14:30



En effet, n'est pas Stieg Larsson qui veut, toutefois cette héroïne a l'air assez sympathique malgré tout. J'ai vu que tu as programmé "Les heures souterraines" pour le mois de mai, je me
joindrais bien à vous car je l'ai dans ma pile. Je l'ai acheté très récemment.



Reveline 16/04/2011 15:13



Nous t'accueillerons avec plaisir Anis c'est chez Anne que les inscriptions ont lieu
http://depocheenpoche.wordpress.com/