[LC] « La princesse de Clèves » de Marie-Madeleine Pioche de La Vergne La Fayette

Publié le par Reveline


laprincessedecleves254 pages, Le livre de poche, Collection Classiques, (novembre 2010)

 

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

 

Résumé

 

À la cour du roi Henri II, la princesse de Clèves, jeune mariée, craint d'aimer le duc de Nemours dont elle est aimée. Cruellement déchirée entre son désir et son devoir, elle avoue ses sentiments à son époux, qu'elle met au désespoir. Le prince meurt bientôt, rongé par le chagrin. Mme de Clèves lui reste fidèle et s'interdit de jamais céder à sa passion pour le duc. Peinture d'une âme tourmentée érigée en symbole de vertu, le roman de Mme de Lafayette demeure l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature amoureuse. Le dossier de l'édition consacre un groupement de textes à la figure de l'honnête homme et à celle du courtisan.

 

Présentation de l'éditeur

 

« La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru avec tant d'éclat que dans les années du règne de Henri second », et c'est bien sur le théâtre de la brillante cour des Valois que se noue et se joue la passion de la princesse de Clèves et du duc de Nemours. Passion tacite, et qui ne s'exprime longtemps que par des signes : un portrait dérobé, la couleur d'un vêtement au tournoi, la soudaine émotion d'un visage. Passion tragique, aussi, dont la mort est la conséquence imprévue. Si La Princesse de Clèves, lors de sa parution en 1678, est le livre le plus immédiatement commenté de son époque, c'est que, sans rompre totalement avec le roman antérieur, il y introduit le souci de vraisemblance et de brièveté qui caractérise alors la nouvelle, et concilie de manière neuve narration et psychologie. Le premier des romans d'analyse ? Certainement. Mais simplement, aussi, un grand roman sans romanesque.

 

Mon Avis


Je l'avoue sans honte, cette « Princesse de Clèves » m’a donné bien du fil à retordre.

Tous ces personnages et toutes ces intrigues de cour, ces liaisons, ces manœuvres politiques, formaient à mes yeux un salmigondis inextricable où je me suis plus d’une fois égarée.


C’est en renonçant à comprendre toutes les subtilités de l’histoire que j’ai réussi à m’intéresser pour de bon à ce roman. Ayant accepté l’idée qu’un volumineux bagage historique était exigé pour tout comprendre et que je ne le possédais manifestement pas, j’ai commencé à prendre plaisir à cette langue chatoyante que nous propose Mme de La Fayette, j’ai peu à peu quitté le vingt-et-unième siècle pour m’évader dans cette époque froufroutante aux mœurs précieuses si éloignées des nôtres il faut le dire.


Amours en tapinois et  quiproquos amoureux s’enchainent, l’intrigue n’est pas d’ une folle originalité. Elle progesse de manière un peu artificielle par un procédé d’imbrication des narrations qui semble déroutant : untel raconte un truc à machin qui le répète à  trucmuche … 

 

Les personnages peuvent paraître un brin excessifs voire exaltés (à l’époque on meurt beaucoup d’amour apparemment !).


Dans ces conditions la vision ascétique de l’amour qu’à Mme de Clèves en fait un personnage complexe et la distingue sensiblement des noceurs et des noceuses qui l’entoure.

 

Son histoire d’amour passionnelle et platonique avec le duc de Nemours est intéressante car semée d’embûches et le lecteur s’interroge jusqu’à la toute fin sur le devenir de cet amour contrarié.


Si la fin pourra paraître frustrante, elle m’a plu et me rends la princesse de Clèves infiniment sympathique, elle que j’approuve et admire dans sa décision et son intelligence.

 

 

Lire les avis de Delphine, Karine AnneVilvirt et Céline.


Publié dans Romans Français

Commenter cet article

Luna 07/09/2011 20:09



Jane Austen me gonfle royalement, du coup, bien que j'étais pressée de lire "La princesse de Clèves" j'étais quelque peu angoissée... Au final, j'ai beaucoup aimé cette lecture !


Le ton reste mieilleux, certains phrases m'ont valu quelques grands sourires, mais j'ai vraiment apprécié le style de l'auteur... Ce livre n'est pas culcul, il est simplement touchant :)


 


 



Reveline 11/09/2011 13:56



Ah bah moi j'aime bien Jane Austen



Anis 16/05/2011 17:35



J'avoue que je redécouvre ces écrivaines des XVII et XVIIe siècle avec plaisir, surtout avec la collection femmes de lettres et le challenge de Céline.



Reveline 18/05/2011 14:35



Oui, c'est sympa de redécouvrir ces auteures, reflets de leur époque. J'aurais bien fait ces challenges mais je manque déjà de temps pour faire les autres



Delphine 15/05/2011 15:11



Ah ça elle nous a donné du fil à retordre cette princesse, mais ça valait la peine ! Je t'ajoute aux autres de la lecture commune !



Reveline 15/05/2011 17:27



Ouf, ravie de pas être la seule à avoir ramé !