Green, Simon R - Darkwood, Tome 1 : La nuit de la lune bleue

Publié le par Reveline

0911-darkwood1Green, Simon R - Darkwood, Tome 1 : La nuit de la lune bleue

Plaisir de lecture 51784111 p

Pages 640

Editeur Milady

Parution Novembre 2009

Résumé

 

Le royaume du roi John a vécu dans la paix durant des générations… Mais le mal qui irradie du Noirbois ronge désormais le pays ; les démons se rassemblent et chassent en meutes. Le roi John n’a plus d’argent, plus de troupes, plus d’espoir. Son plus jeune fils, le prince Rupert, sorte de pièce de rechange dans la lignée royale,
est envoyé dans une quête afin de prouver sa valeur : il doit sauver une princesse, comme il se doit. Mais à son retour, à la surprise générale, il ne ramène pas seulement la princesse, mais aussi le dragon censé la dévorer !

Un fils cadet, un dragon fatigué, une licorne susceptible et une princesse avec un méchant crochet du gauche : voilà la troupe de héros improbables qui devra faire face au prince Démon durant la nuit de la Lune Bleue.

 

Mon Avis

 

Un prince pas très vaillant juché sur une licorne bavarde et geignarde, une sorcière qui tombe amoureuse de son bourreau, une princesse qui se constitue prisonnière auprès d'un dragon retraité qui collectionne les papillons... C'est ce que l'auteur nous donne à lire et à rire au cours du premier chapitre du roman qui est en fait un long prologue de présentation des personnages et des enjeux qui animeront l'histoire, quelques pages plus tard.

Ce mélange entre conte de fées, geste de chevaliers et fantasy traditionnelle détourne les codes et les poncifs du genre sans vergogne pour notre plus grand plaisir mais n'en demeure pas moins une épopée épique.

Le prince poltron gagnera en bravoure et la princesse bagarreuse en sensibilité au long d'un parcours semé d'embûches qui se révélera initiatique puisqu'il les fera grandir et changer. De fait, les personnages savent se rendre vite attachants. Ce sont les failles des protagonistes qui les rendent crédibles, ils ne sont pas infaillibles ou invincibles, ils sont humains avant tout avec leurs faiblesses et leurs défauts.

Assez sombre, l'intrigue alterne temps forts et temps faibles, équilibrant le récit en accordant une large place aux machinations politiques et aux intrigues de cour dont Rupert, en tant que cadet est la cible préférée. Toutes ces traîtrises de courtisans et de vassaux ayant cours dans tout bon royaume qui se respecte.

Le lecteur suit tour à tour le prince Rupert dans sa quête du haut-sorcier et la princesse Julia restée en arrière, au château du père de Rupert, où son indépendance d'esprit fait des ravages, et contrainte de se marier avec un homme qui l'insupporte.

La narration à la troisième personne du singulier permet de basculer d'un endroit à l'autre et d'une aventure à l'autre très facilement au cours du récit. Le lecteur se trouve ainsi toujours au plus près de l'action, là où il se passe quelque chose. L'auteur utilise  les ellipses temporelles à bon escient, il nous épargne ainsi des palabres inutiles. Malgré cela quelques (petites) longueurs sont à déplorer comme le long passage concernant la recherche de l'aile sud du château qui m'a paru ennuyeuse.

Côté écriture, on y retrouve le style fluide et imagé de l'auteur de Nightside Chronique ici.

L'humour n'est pas des plus fins mais il est efficace. Sans être une caricature, ce roman fantasy est une parodie enjouée, les puristes grinceront peut-être des dents, les amateurs de bon détournement littéraire n'ayant d'autre prétention que celle de divertir, eux, apprécieront.

 

Extrait

 

guillemet-Si vous êtes prêt, Sire, votre père ...

 

Je sais... Il a horreur d'attendre. Allons-y Julia. Julia ?

 

-Par là, indiqua la licorne.

 

Rupert se retourna juste à temps pour voir Julia placer son genou dans les parties d'un garde et assommer une dame de compagnie. [...] Il rengaina son arme et rejoignit la princesse juste à temps pour l'empêcher d'abattre sa botte sur la dame.

 

-Julia! Pas ici! Je t'en prie,accompagne-moi à la cour pour rencontrer mon père. Tu pourras toujours te battre là-bas. Je te dirais qui taper.guillemet2

 

L'auteur

 

Simon R. Green est né à Bradford-on-Avon en 1955. Sa carrière d’auteur a débuté en 1988, alors qu’il travaillait depuis deux jours à la librairie « Bilbo» à Bath : ça ne s’invente pas ! En France, on le connaît pour ses séries Traquemort et Darkwood. Auteur très prolifique, lorsqu’il n’écrit pas de romans, il travaille pour une sitcom britannique et joue du Shakespeare, car il aurait voulu être un artiste.


Publié dans Fantasy

Commenter cet article