« Dexter revient ! » de Jeff Lindsay

Publié le par Reveline

couv50596459.jpg

317 pages, Editions Points (2007)

 

Plaisir de lecture 51784111 p

 

Présentation de l'éditeur

 

Voici notre cher Dexter - expert judiciaire de la police de Miami le jour, tueur en série la nuit - doublement menacé. D'un côté le sergent Doakes, insensible à son apparence de gentleman, traque le "Passager Noir", l'autre moi sanguinaire et justicier de Dexter. De l'autre, un psychopathe particulièrement pervers laisse Dexter sans voix alors que son appétit meurtrier se réveille. Lequel de ces monstres rattrapera l'autre le premier?

 

L'ancien titre de ce livre en VF est : "Le Passager Noir".

 

 

Mon Avis

 

Se pourrait-il que ce second tome des aventures de Dexter soit encore plus drôle, sarcastiques et sanglant que le premier tome ? J'en ai bien l'impression ! Comment est-ce possible alors que Ce cher Dexter était déjà un formidable thriller ? Tout simplement parce que cette fois nous avons le plaisir de découvrir une intrigue presque inédite, c'est-à-dire partiellement adaptée à la TV, mettant en scène un serial killer au modus operandi particulièrement atroce puisqu'il transforme ses victimes en, je cite : "débris hurlant irréparable".

N'omettons pas les inimitables saillies verbales d'un Dexter plus remonté que jamais depuis que le sergent Doakes l'empêche de pratiquer son hobby préféré, à savoir tuer et découper les vilains en morceaux, le forçant ainsi à jouer au papa et à la maman avec Rita comme Monsieur Tout le Monde, allant jusqu'à boire de la bière et jouer à cache-cache avec les enfants du quartier !

 

Jugez plutôt de sa manière de voir Rita, sa petite amie :

 

« (...) Rita elle-même était tout à fait sortable. Elle avait de jolis cheveux blonds coupés court, un corps fin et musclé, et il était rare qu’elle dise des choses vraiment stupides. Je pouvais me montrer en public avec elle et je savais que nous avions l’air d’un couple humain plutôt bien assorti ; ce qui était le but, d’ailleurs. Les gens allaient jusqu’à dire que nous formions un couple charmant, mais je n’ai jamais trop su ce qu’ils entendaient par là. J’imagine que Rita me trouvait attirant, pour une raison que j’ignore, même si son expérience des hommes ne rendait pas forcément ce jugement très flatteur. Quoi qu’il en soit, je suis toujours content de fréquenter quelqu’un qui me trouve formidable. Cela ne fait que confirmer la piètre opinion que j’ai des gens ».

 

Ou découvrant les plaisirs de la real-TV :

 

 « Parfait. J’irais m’installer sur le canapé, une cannette de bière à la main, et regarderais Survivor en imaginant une variation intéressante du programme qui ne serait jamais diffusée. Il suffisait d’ajouter Dexter au groupe des naufragés et d’interpréter le titre de manière un peu plus littérale… »

 

Ou ce dialogue surréaliste entre Dex et Deb, assez désopilant :

 

« — Tu as l’air vidée, Deb. Si on allait déjeuner ?

Elle secoua la tête mais ne me répondit pas.

— Un bon sandwich, hein ? Ou une salade de fruits : ça fera remonter ton taux de glucose dans le sang. Tu te sentiras beaucoup mieux, crois-moi.

Elle se tourna vers moi alors, mais son regard ne me laissa en aucun cas entrevoir la possibilité d’un déjeuner dans un futur immédiat.

— C’est pour ça que j’ai voulu être flic.

— La salade de fruits ?

— Cette chose là-dedans... répondit-elle, puis elle détourna les yeux et regarda devant elle à nouveau. Je veux à tout prix pincer ce... ce..., l’ordure qui a été capable de faire ça à un être humain. Je le veux à un point, tu ne peux pas t’imaginer : j’en ai presque le goût dans la bouche.

— C’est un goût de sandwich, Deborah ? Parce que...

Elle frappa violemment le volant du plat de ses mains, une fois puis deux fois.

— Nom de Dieu, hurla-t-elle. Putain de nom de Dieu !

Je soupirai. Manifestement, Dexter, d’une patience à toute épreuve, allait se voir refuser sa croûte de pain. Et tout ça parce que Deborah avait eu une révélation devant un morceau de viande qui gigotait sur une table.

Bien sûr, c’était abominable, et le monde se porterait beaucoup mieux si on se débarrassait de la personne capable de telles horreurs, mais fallait-il pour autant qu’on se prive de déjeuner ? N’avions-nous pas tous besoin de reprendre des forces afin de pouvoir l’attraper ? Toutefois, ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour exprimer ma pensée à Deborah, alors je restai sagement assis à côté d’elle en regardant la pluie éclabousser le pare-brise, et je me contentai de manger mon quatrième sandwich imaginaire. »

 

Les pensées hilarantes de Dexter pullulent et je dois résister au plaisir de vous citer tout le livre ! Mais je ne peux pas non plus vous parler de l'intrigue au risque de gâcher le plaisir.

Cependant, ce tome 2 m'a parfois semblé prévisible et son dénouement un peu expéditif. Sans être meilleur que le premier volume, Dexter revient ! en est de qualité égale.

 

challenge-100-ans

 

 

 

 

 

 


Publié dans Thriller

Commenter cet article

ChristellePL 15/04/2013 15:19


Désoppilant. J'adore en effet l'humour décalé qui se cache dans chaque ligne. Jeff Lindsay nous offre un excelelnt divertissement à défaut de grandes oeuvres littéraires. Ma critique complète se
trouve ici : http://www.christelle-pigere-legrand.com/dexter-revient.php

Isa 02/04/2011 18:25



et bien, tu as vraiment accroché!! 


la seule chose qui me gêne un brin entre les livres et la série c'est qui est mort dans le livre mais pas dans la série et vice versa; parfois j'ai été un peu paumée lol


cela me fait penser que je suis en retard dans la série!



Reveline 02/04/2011 18:43



Oui, c'est perturbant, j'avoue