Les chroniquettes de Reveline (3)

Publié le par Reveline

Jeunesse

 

genere-miniature.aspxDahl, Roald - Tel est pris qui croyait prendre

Plaisir de lecture :56379743

Folio Junior, 124 pages.

 

Caustiques à souhait et empreintes d'humour so british ces quelques nouvelles du papa de Charlie et la chocolaterie proposent une morale souvent édifiante mais hélas parfois prévisible. Bien qu'assez datées de par leur thème ou leur atmosphère surannée ces historiettes font sourire mais ne surprennent pas.

 

Policier

 

51CKMQYRE8L. SL500 AA300Peters, Ellis - Cadfael, Tome 1 : Trafic de reliques

Plaisir de lecture 56379743

241 pages

 

La personnalité décalée du héros et le ton constamment irrévérencieux et ironique du roman font sourire. L'atmosphère est bien restituée, l'écriture efficace et concise. Mais la longueur bavarde de l'exposition, la lenteur pesante instaurée par l'auteur qui prend le temps d'installer son univers et ses personnages pénalisent l'enquête policière qui, de plus, n'est pas vraiment surprenante et dont la résolution est prévisible.

 

Thriller

 

despentesapocalypseDespentes, Virginie - Apocalypse bébé

Plaisir de lecture56379743

342 Pages

Ce roman a obtenu le prix Renaudot 2010

 

 

Despentes, c'est d'abord un style récurrent, on aime ou pas. Je ne suis pas vraiment cliente d'ordinaire mais j'ai décidé de me laisser tenter par ce roman purement "fictionnel" qu'on disait différent. Despentes possède une écriture particulière, une écriture de fulgurances, ce n'est pas une marathonienne plutôt une sprinteuse. Car si le début du livre retient captif le lecteur, les temps plus faibles se profilent passé les cinq premiers chapitres. Et l'on sombre dans un certain ennui. La faute à des personnages assez antipathiques mais surtout très stéréotypés et à la complaisance insupportable de Despentes envers ces personnages.

L'enquête en forme de puzzle menée par ces deux "privées" aux antipodes l'une de l'autre, Lucie, la narratrice, est geignarde et sans relief, la hyène est attachante dans son excessivité et  formidablement charismatique malgré ou peut-être grâce à sa vulgarité, aurait pu être intéressante. Hélas, elle passe trop au second plan face au portrait vitriolé et désenchanté de notre société et de ses travers. Déprimant et dépeint sans subtilité. La fin n'est pas en reste : invraisemblable et cimentée à la truelle. Le tout est assez crado et vulgaire mais bon je savais où je mettais les yeux. Au final, ce n'est pas une réussite mais c'est suffisamment efficace pour avoir envie de le terminer.

 

Commenter cet article

Reveline 09/12/2010 15:44



Dis moi si tu veux que je les enléve


Car je t'avais envoyé un mail pour te demander la permission de les utiliser mais je n'ai pas eu de réponse donc j'ai cru que tu consentais (il parait que qui ne dit mot consent lol). Apparemment
tu ne l'as pas reçu ? (je l'ai envoyé au tout début de mon blog vers octobre je crois). Mais si cela te dérange, je comprendrai et je les ôtes immédiatement !


Aucun problème pour moi.



Acr0 09/12/2010 15:31



Tiens, ce sont mes étoiles !