Chattam, Maxime - Léviatemps

Publié le par Reveline

imagesChattam, Maxime - Léviatemps

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

 

Sous ce titre astucieux faisant référence au monstre de la Bible, se cache un thriller sombre au début languissant mettant en scène un romancier torturé par l'inspiration et reniant son existence et son succès passé enquêtant sur d'horribles meurtres de catins dans le Paris de l'année 1900. Si Guy de Timée est un personnage moins attachant que Joshua Brolin (autre personnage de Chattam) tant il semble parfois condescendant et narcissique, il jouit d'une profondeur acceptable et recèle de multiples zones d'ombres qui permettent d'en faire quelqu'un de charismatique.Il est bien secondé par des personnages féminins sympathiques, des catins plus vraies que nature.

Le grand soin apporté aux détails, aux ambiances et à la restitution du langage de l'époque est le point positif du roman associé à la belle idée de faire se dérouler l'intrigue pendant la grande exposition universelle de Paris, sujet fort peu traité dans le thriller. L'exploitation de l'événement par l'auteur est fort réussie.

L'enquête est donc prenante bien qu'assez invraisemblable. On ne croit pas un instant au mobile du meurtrier.  La conclusion est décevante et un peu bâclée, le roman aurait gagné à être plus développé même si certains  passages bavards et autres théories fumeuses en pagaille dans le récit m'ont parfois fait figure de pur remplissage visant à augmenter le nombre de pages. Néanmoins je suis consciente de la somme de recherches et de documentation que cet ouvrage a du représenter et j'ai d'ailleurs beaucoup appris sur l'existence des gens de l'époque et sur leurs moeurs.

Très loin d'être le meilleur Chattam, Léviatemps est un thriller satisfaisant pour les amateurs du genre, sans plus. Le problème étant du pour moi à un manque de suspense et à un dénouement décevant, moins élaboré que d'habitude chez l'auteur. Satisfaisant donc même si on a l'impression que l'auteur ne se renouvelle pas et applique toujours la même recette. D'où une légère lassitude. Même s'il excelle toujours dans l'élaboration et la mise en scène des crimes macabres ce qui est un peu la marque de fabrique Chattam.

Si je suis si sévère c'est que j'aime beaucoup Maxime Chattam justement et que ce roman, très attendu, est inférieur à mes attentes. Pas totalement convaincue donc. Je m'interroge d'ailleurs sur la légitimité d'une suite à paraître au printemps prochain. Mais je laisse le bénéfice du doute à Maxime Chattam qui, je l'espère, saura cette fois réussir à emporter ma totale adhésion.

Publié dans Thriller

Commenter cet article