Chattam, Maxime - La promesse des ténèbres

Publié le par Reveline

51Giz--lfYL. SS500Chattam, Maxime - La Promesse des ténébres

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

Pages 425

Editeur Albin Michel

Parution mai 2009

Résumé

New York Mégapole de tous les possibles. De tous les excès. Où la verticalité des buildings s'oppose à celle des souterrains, toujours plus profonds, peuplés de SDF. Où des hommes se déguisent en vampires pour se repaître de la vie de leur partenaire. Où l'industrie pornographique underground se développe à une inquiétante vitesse. Où l'on vend la mort filmée en direct. Au cœur de ce maelström, le journaliste Brady O'Donnel, dans le sillage de Rubis, femme envoûtante, plonge dans l'enfer. Celui de la Promesse des Ténèbres.

 

Mon Avis

 

Avec « La promesse des ténèbres », le dernier mystère de La Trilogie du mal ( L’âme du mal, In tenebris, Maléfices) trouve enfin sa résolution : qu’est devenu Brady,  le mari journaliste et disparu d’Annabel O’Donnel, l’amie flic de Joshua Brolin ?

Après la société de consommation et l’exploration de l’âme humaine, Chattam interroge notre rapport à la sexualité et la consommation de ladite sexualité dans notre monde moderne. Le problème majeur du roman, c’est qu’il propose une intrigue trop codifiée en empruntant notamment nombre de clichés inhérents au genre du thriller (Le livre ressemble beaucoup au film de Joel Schumacher avec Nicholas Cage 8mm sorti en 1998). Certains passages semblent grotesques et quelques personnages sonnent un peu artificiels.

L’intrigue est très (trop ?) sexuée et l’atmosphère vraiment très glauque et malsaine. Chattam se lâche et emploie un ton très cru à la frontière de la vulgarité. On adhère ou pas mais une chose est certaine, cette façon d’écrire, de décrire tortures et autres sévices sexuels en long, en large et en travers met très mal à l’aise, d’autant qu’elle ne paraît pas indispensable.

La construction du bouquin est boiteuse : le début est prenant mais la seconde partie ennuie (surtout les longues descriptions des tunnels du métro new-yorkais) alors que la fin est très réussie et surprenante (ce qui sauve le roman d’une mauvaise impression au final).

En fait, ce roman n’est pas à la hauteur des autres romans de Chattam, notamment de La trilogie du mal. Il est un peu plan-plan (le manque d’un serial killer charismatique sans doute). C’est loin d’être mon roman préféré de Maxime Chattam.

 

57449444 p Lu dans le cadre du challenge organisé par livressanctuary

Publié dans Thriller

Commenter cet article

Anne 26/02/2011 17:15



J'aimerai bien lire au moins la trilogie du mal ; il parait qu'elle est fabuleuse.



Reveline 27/02/2011 17:05



C'est très bon, surtout les 2 premiers tomes. Le troisième m'a moins séduit.