Brontë, Emily - Les Hauts de Hurle-Vent

Publié le par Reveline

 

Lu dans le cadre du challenge " Littérature au féminin 2010/2011" organisé par Anis challengelitteratureaufeminin

et pour le challenge "God save the livres" d'Antoni Challenge-anglais

 

51V6VR99Z0L. SL500 AA300Brontë, Emily - Les Hauts de Hurle-Vent

Plaisir de lecture 56542049

Pages 396

Editeur Ed. du Fallois

Parution 2000

Résumé

 

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l'ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s'approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu'au jour où la fille de  Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste.

Ce roman anglais, le plus célèbre du XIXe siècle à nos jours, a été écrit par une jeune fille qui vivait avec ses soeurs au milieu des landes de bruyère. Elle ne connut jamais cette passion violente ni cette haine destructrice. Elle imagina tout, même le fantôme de la femme aimée revenant tourmenter l'orgueilleux qui l'a tuée.

 

Mon Avis

 

Une noirceur impressionnante se dégage des pages de ce chef-d'oeuvre intemporel de la littérature anglaise du XIXéme siècle. L'ouvrage ne fait pas dans la demi-mesure, soit il ennuie, soit il fascine. Certains diront que ce roman doit être lu à l'adolescence pour fasciner, ce n'est pas vrai. Je ne suis plus une adolescente depuis longtemps et pourtant ce livre m'a emporté.

L'atmosphère victorienne et la vie rurale anglaise du XIXième y sont somptueusement restituées par une écriture soignée, belle et ample qui nous fait cheminer sur des landes désertes, déambuler dans de grandes demeures sombres où l'on arrange les mariages et rumine les vengeances.  La folie, la violence sont presque des personnages à part entière dans ce roman où il est quasiment impossible de ressentir un quelconque attachement pour les personnages, d'une complexité et d'une densité psychologique proprement phénoménales, que cette folie guette pour les emporter. La maladie n'émeut pas, la dépression non plus, la passion n'élève pas, elle rabaisse, même les plus beaux sentiments s'avilissent, tous les élans du coeur et de l'âme y sont corrompus.

L'astucieuse double narration Loockwood/Mrs Dean alterne efficacement les points de vue et les ressentis de chacun ce qui donne encore plus d'épaisseur au récit en favorisant les sauts temporels car si l'histoire se déroule de 1801 à 1802, nous assistons grâce à Mrs Dean à l'arrivée d'Heathcliff, 40 ans plus tôt.

Certes, cette histoire manque désespérément de chaleur  et peut être déprimante, certes certains passages descriptifs (fort nombreux) sont longuets et ennuyeux, certes le rythme est lent (à mon sens le terme "envoûtant" conviendrait mieux pour le qualifier) mais c'est  parce que l'histoire ne s'offre pas au lecteur, il faut l'aller chercher aux tréfonds des personnages autant qu'à l'intérieur de soi puisque les violents sentiments qui animent ce classique, passion, haine, vengeance bouillonnent à l'intérieur de chacun de nous et c'est là la grande force de ce roman et le grand talent d'Emily Brontë, de nous mettre face à nous-mêmes, face à ceux et celles que peut-être nous aurions pu devenir un jour en de semblables circonstances. Les Hauts de Hurle-Vent parle tout simplement de l'inhumaine humanité qui est parfois la nôtre et n'est-ce pas ceci qui est le plus dérangeant ici ?

 

L'auteure

 

Fille d'un pasteur anglican, Emily Brontë passe sa jeunesse au presbytère avec son frère et ses deux soeurs, Anne et Charlotte. Tous les quatre, élevés par un père très cultivé mais asocial, font très tôt preuve d'une imagination hors du commun. Les trois soeurs publient ensemble un recueil de poèmes, avant d'écrire chacune des romans. On doit à Emily 'Les Hauts du Hurlevent', unanimement considéré comme un chef-d' oeuvre. Cette histoire d'amour impossible entre un fils adoptif et sa 'soeur' est le fruit d'un esprit aussi brillant que mystique. Le seul roman d'Emily, qui mourut de la tuberculose un an après sa publication, reste aujourd'hui un des plus lus.

Publié dans Romans Etrangers

Commenter cet article

Luna 18/03/2011 06:29



"Les hauts de Hurle-Vent" est loin d'être un roman qui m'a passionné... Je l'ai trouvé trop lent, peu crédible (pour le coup, ça se voyait vraiment qu'elle n'y connaissait rien !). Cela étant
dit, je comprends aisément pourquoi c'est l'un des romans préférés de beaucoup de personnes : au niveau de l'histoire, il a tout pour plaire !
Je viens d'ailleurs de poster ma critique sur ce roman d'Emily Brontë sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Luna 15/02/2011 18:16



C'est loin d'être un de mes coups de coeur, j'ai été pas mal déçue en le découvrant... Je ne suis pas fana' de ce genre de lecture, mais bon, j'aurais essayé !


 


Merci d'être passée sur mon blog et d'avoir laissé des p'tits mots !



Antoni 13/02/2011 20:32



Hé bien, c'est de loin THE livre de ce début de challenge. Je l'ajoute à mon récap'. Merci pour ce billet Reveline. Bonne soirée.



Reveline 14/02/2011 15:36



Merci à toi



Anne 13/02/2011 08:33



Magnifique article, Reveline. Tu as mis 5 étoiles et j'avoue qu'il les mérite amplement. J'ai beaucoup aimé ton analyse et je suis d'accord avec toi sur toute la ligne.



Reveline 13/02/2011 14:20



Merci Anne, je suis ravie que nous ayons toutes deux le même ressenti sur ce superbe ouvrage !



Anis 12/02/2011 18:36



Très bel article que le tien, tu as su , à mon avis, traduire l'essentiel de ce chef-d'oeuvre !



Reveline 13/02/2011 14:19



Merci de ton appréciation mais je n'ai pas beaucoup de mérite, ce roman est magnifique...