Audouin-Mamikonian, Sophie - Tara Duncan, Tome 1 : Les Sortsceliers

Publié le par Reveline

3-Tara-Duncan-et-les-sortceliers-de-Sophie-Audouin-MamikoniAudouin-Mamikonian, Sophie - Tara Duncan, Tome 1 : Les Sortsceliers

Plaisir de lecture la-complainte-09-copie-1

Pages 480

Editeur Seuil Jeunesse

Collection Fiction Ados

Parution Mai 2003

Résumé


Magister, le Maître des Sangraves, a décidé de s'emparer coûte que coûte de Tara'tylanhnem Duncan, dite Tara. Afin d'échapper au maléfique " Homme au Masque ", la jeune fille doit s'enfuir sur AutreMonde en compagnie de Manitou, son arrière-grand-père transformé en labrador par un sort malencontreux. Sous la protection du fantasque Maître Chem, Haut mage du royaume du Lancovit, elle y découvrira les sortceliers, le malicieux Palais Vivant, les Vampyrs, les Chimères, les Harpies et toute une pléiade d'amis parfois... inattendus. Du royaume des Limbes où sévissent les démons au somptueux Palais impérial d'Omois, de la forteresse grise des Sangraves à l'île maudite des Roses Noires, Tara Duncan nous entraîne dans un univers peuplé de créatures fantastiques et baroques, à la découverte de son identité. Dans les contes de fées, les princesses se font habituellement kidnapper, enfermer, à moitié rôtir par des dragons, marier à de gros poilus qui ont occis un ou deux monstres alors qu'elles sont amoureuses du "petit page, ensorceler, endormir pour un ou deux siècles, etc. Alors l'une d'entre elles, la princesse Sophie Audouin-Mamikonian a décidé de créer une héroïne drôle et tendre, Tara Duncan, qui n'attend aucun preux chevalier, se défend très bien toute seule ou avec ses amis et, bien que parfaitement terrorisée, affronte les dangers d'AutreMonde avec une totale détermination.

 

thumbnail.aspx-copie-1.jpg

Mon Avis

 

La comparaison avec le petit sorcier à lunettes britannique semble inévitable, et pour cause puisque beaucoup d'éléments du récit de Sophie Audouin-Mamikonian ne sont pas sans l'évoquer et font de Tara Duncan, une Harry Potter en jupons (le charisme en moins cependant). Les points communs sont nombreux : Tara se croit orpheline et à douze ans, ignore qu'elle est une sorcière, pardon, une sortcelière (personne capable de lier les sorts). Chaque sortcelier possède un Familier (pie, panthère, chien ...), le célèbre Quidditch devient du Polo céleste, Tara se fait des amis en arrivant au palais, des compagnons qui l'aideront dans sa lutte contre les forces du mal représentées par Magister (bien moins terrifiant que Voldemort) et son armée de Sangraves, Dumbledore devient Maître Chem dont le rôle ici sera le même qu' à Poudlard, être le Mentor de Tara et l'encadrer de son mieux au sein du palais.

En fait le gros problème pour moi est le manque de cohérence et de cohésion de l'univers mis en place par l'auteure. Il y a parfois de bonnes idées mais elles tombent souvent comme un cheveu sur la soupe, tout s'entasse et part dans tous les sens (cf. l'épisode des couleurs emprisonnées dans le manoir), ne sont pas assez développées parfois ou bien disparaissent carrément de l'intrigue (à moins qu'elles refassent leur apparition dans les prochains tomes ?). Cela donne un aspect décousu au livre.

L'intensité dramatique n'est pas non plus au-rendez-vous. Tout s'arrange toujours si facilement pour nos héros, que jamais on ne les sent véritablement en danger et que jamais on ne tremble pour eux. L'auteure a toujours une pirouette à sortir de sa poche pour arranger sans dommages les pires situations auxquelles sont confrontées les personnages. C'est pas que je sois sadique mais quand même ... on s'attache davantage aux personnages qui montrent leurs failles ou leurs faiblesses, ça donne envie de rentrer dans le livre pour les consoler !

Le début ne m'a pas franchement convaincu de poursuivre ma lecture, je n'ai commencé à accrocher au récit qu'à l'arrivée de Tara et de son arrière-grand-père,, un labrador doué de parole, à AutreMonde, dans le palais royal (et farceur)de Lancovit, car c'est là que l'univers "Duncanien" se met vraiment en place en rompant quelque peu avec les productions jeunesses habituelles. Le décor se plante à coups de murs changeants, de décors évolutifs et illusions magiques, de serpillières un peu trop affectueuses, de lits et d'armoire très à cheval sur l'étiquette royale...

Passons aux personnages. C 'est indéniable, ils manquent de profondeur et semblent si vides et si creux qu'on dirait des pantins que l'on agite en leur faisant réciter des dialogues auxquels ils ne croient guère. Seuls la grand-mère de Tara (qui a une personnalité affirmée) et Maître Chem, haut mage du royaume de Lancovit, du fait de sa dualité dragonnique et son caractère fantasque, sont intéressants.  Si Caliban dit Cal est plutôt amusant, Fabrice m'a gavé avec ses charades et j'ai trouvé que l'évolution du caractère de Moineau n'était pas crédible. Même les méchants "hommes aux masques" alias les Sangraves (l'équivalent francophone des Mangemorts) sont assez caricaturaux et pas effrayants pour un sou. Angelica, la peste de service ressemble à toutes les pestes des romans jeunesse. Quant à Tara, elle semble vraiment puérile et immature pour ses douze ans, j'avoue que certaines de ses réactions laissent perplexes. Son parler d'jeuns et familier sonne artificiel. On à l'impression que l'auteure essaie de parler ado pour séduire son lectorat et cela m'a gênée. Le langage soutenu n'est pas réservé à la littérature adulte ! Cela donne une écriture banale et lisse, en un mot : enfantine. Harry Potter était écrit avec bien plus de classe et de recherche. La sortcelière à la méche blanche fait ici figure de parent pauvre de son cousin anglais.

J'ai aussi trouvé que parfois l'histoire manquait un peu d'originalité, recyclant les thémes habituels de la fantasy : les gentils contre les méchants Sortceliers, les dragons, les élémentaux, le vampyr, les nains, les licornes, les chevaux ailés...

Je me rends compte que mon avis est assez négatif, certains me diront que j'ai passé l'âge de lire ce genre de littérature de toute façon mais ne vous trompez pas : je n'ai pas détesté non plus, j'ai quand même trouvé ce roman honnête et divertissant.

Tara Duncan constitue une série de fantasy un peu légère et sans trop de surprises, qui plaira sans nul doute aux enfants mais qui aura du mal à séduire au-delà je pense à cause de son côté un peu trop enfantin et de son salmigondis de références empruntées à d'autres oeuvres jeunesses, Harry Potter en tête. Néanmoins cela reste une lecture sympathique, si comme moi, vous êtes bon public.

En conclusion, dans le combat Harry/ Tara, Potter gagne par K.O.

 

L'auteure


Arrière petite-nièce de Tristan Bernard, petite-fille de Pierre Veber, nièce de Francis Veber, Sophie Audouin-Mamikonian est née le 24 août 1961 au Pays basque d’où elle a puisé les contes et légendes alimentant son imaginaire. Mariée, mère de deux filles, Diane et Marine, qui sont ses correctrices, elle partage son temps entre sa famille, l'écriture et ses activités de princesse d’Arménie avec l’association Douleurs sans frontière, dirigée par le docteur Alain Série. Sophie Audouin-Mamikonian est surtout connue pour sa décalogie Tara Duncan, un univers dans lequel évolue la jeune héroïne éponyme, une « sortcelière » dotée d'un pouvoir extraordinaire qu'elle a souvent bien du mal à contrôler. La fréquence de parution est d'un tome par an. Plus récemment, elle est l'auteure de Clara Chocolat, une série pour les petits.

 

Bonus


Les romans ont été adaptée en série animée.


Publié dans Fantasy

Commenter cet article

OlyaL 03/02/2011 11:57



Je ne supporte pas l'auteur, je la trouve imbuvable, et du coup j'ai trouvé que Tara était pareil ^^


J'avais tenté une première lecture, et j'avais arrêté au bout de quelques pages. Mais en entendant partout que cette série était bien sympa, je me suis forcée pour lire le premier tome en entier.
J'ai eu du mal, mais j'ai réussi.


Et je pense comme toi, Harry Potter est LARGEMENT devant Tara ^^


Mais vu ce que dis Phooka, je me demande si je n'essaierai pas un jour de lire la suite. Le soucis, c'est que j'ai presque tout oublié du premier tome, mais il n'est pas question que je le relise
!


Je verrai bien, mais ça ne presse pas de toute façon, j'ai bien d'autres choses à lire avant.



Reveline 03/02/2011 16:27



J'avoue qu'avoir des "relations" dans le milieu littéraire, a du l'aider un peu car franchement Tara Duncan du moins le tome 1 n'a rien de renversant (oui, je suis mauvais langue lol). Je vais
tenter le tome 2 mais je trouve Tara assez imbuvable elle aussi !


 



Phooka 30/01/2011 16:09



A mon avis ça vaut le coup d'insister.


Bien sûr c'est du jeunesse, mais ça se lit bien et j'aime bien l'humour un peu potache. Les tomes se lisent, à mon avis, bien mieux!



Reveline 30/01/2011 16:23



Je te crois sur parole. Justement j'ai "piqué" le tome 2 à mon cousin en même temps que le tome 1 donc je vais pouvoir le lire d'ici quelques jours



Phooka 30/01/2011 15:57



Le tome 1 ne m'avait pas enthousiasmée, mais la suite s'améliore nettement et du coup je suis devenue acro!!



Reveline 30/01/2011 16:06



Ah ben ça me motive bien à continuer ce que tu me dis là Phooka ! Parce que j'étais déçue de pas accrocher avec Tara